MENU
K2

L’interprétation des signaux provenant de l’activité inventive internationale, un enjeu de développement stratégique

Lionel Fuster
Christelle Urvoy

L’interprétation des signaux provenant de l’activité inventive internationale, un enjeu de développement stratégique - publication Cercle K2

Cercle K2 neither approves or disapproves of the opinions expressed in the articles. Their authors are exclusively responsible for their content.

Lionel Fuster est Président de VTDYM SAS. Christelle Urvoy est fondatrice et dirigeante du cabinet Advicie.

---

Les innovations en relation avec le concept de Ville Durable et Responsable (VDR)

La planète compte 7,5 milliards d’habitants, dont 68% vivront dans des aires urbaines à horizon 2050. Un phénomène croissant dans toutes les régions du monde qui pose la question de l’organisation des villes et de la gestion des ressources. Un problème crucial en Afrique où, d’après l’ONU-Habitat, 600 millions d’africains seront citadins d’ici à 2025.

Le développement de villes ressources est aujourd’hui une réalité politique derrière laquelle coexistent des enjeux économiques,  technologiques et de savoir-faire, qu’il appartient à tous les acteurs de détecter et de décrypter pour prendre des décisions éclairées. Dès lors que ces enjeux sont au coeur de la prise de décision, l’attention portée aux publications scientifiques et technologiques revêt un caractère indispensable et primordial.

La lecture de l’actualité inventive est riche d’enseignements quant à l’identification, la localisation des acteurs à l’origine des innovations, ainsi que sur les coopérations en matière de recherche. Les analyses qui découlent de ces recherches (comptage précis et datation des inventions, domaines techniques couverts, relations avec d'autres activités, localisation des efforts de recherche, …) doivent être complétées par une veille stratégique afin de mettre en perspective les enjeux concurrentiels, les actualités des acteurs et des écosystèmes sur les marchés visés. Ainsi, les liens établis produisent des éléments décisionnels uniques à l’usage des acteurs économiques (responsables de la stratégie, de l’innovation, de la propriété intellectuelle, veilleurs, investisseurs…).

L’exemple du jus d’origine végétal pour l’obtention d’un plastique biodégradable, bien qu'étranger à la gestion de l’eau, est très parlant. L'information a été abondamment « reprise » en 2019 dans un contexte de recherche de partenaires, d'investisseurs mais il s'agissait d'une solution explicitement proposée dès 2016 dans une demande de brevet international. Plus proche du sujet, conséquence d'un "effet de mode" préjudiciable à la recherche même de solutions nouvelles pourtant disponibles au moment du choix, le cas des équipements de stations d'épuration consommant 50% d'énergie de plus que les produits bénéficiant des dernières innovations...

Depuis 10 ans, la ville durable est au coeur des stratégies des utilities et le concept fait son chemin dans les collectivités locales à travers le monde. Les villes africaines tiennent compte de ces enjeux clés tels que l’accès à l’eau et l’efficacité énergétique. Ainsi, par exemple, nombre de ces communes ont fait appel à des technologies intelligentes pour l’entretien, la gestion et le contrôle de canalisations d’eau potable.

Cap Town a changé les anciens conduits, remplacé les compteurs défectueux et incité à l’usage de l’eau recyclée dès lors que cela est possible (parcs, golfs…). De son côté, la ville de Nairobi, par l’intermédiaire de sa compagnie des eaux, a mis en place des distributeurs automatiques de vente d’eau. Le système est automatisé grâce aux téléphones portables et devrait réduire par 6 le budget mensuel « eau » des ménages de la ville.

L’accompagnement à la prise de décision permise par la surveillance de l’actualité inventive et la veille stratégique offre la possibilité de "dupliquer" des solutions dans des contextes adaptés et ainsi de limiter les coûts de R&D et gagner un temps considérable.

En associant leurs compétences autour des enjeux de la ville durable et responsable, dans un travail initial centré sur la gestion de l’eau sur le continent africain, les cabinets VTDYM et Advicie apportent une double expertise aux entreprises et acteurs économiques engagés dans des projets sur ces territoires.

Une approche concrète sur la disponibilité de l'Eau grâce à l'Énergie Solaire

Une étude sur les enjeux de l’énergie solaire dans le contexte de l'eau est menée à travers l’analyse de l'activité inventive et de données stratégiques. Une centaine d'inventions publiées ces derniers mois, avec une protection recherchée dans plusieurs pays, témoignant de l'ambition des déposants, sont sélectionnées en vue d'établir les tendances technologiques et d'identifier des acteurs internationaux spécialisés et déterminés.

Dans cette situation, les inventions américaines sont les plus nombreuses, suivies par des réalisations japonaises et sud-coréennes. Les efforts de recherche portent principalement sur le traitement de l'eau par distillation ou évaporation et le dessalement. Des moyens de stockage de l’énergie (batteries) associés à des modules photovoltaïques sont également proposés.

Des dispositions, représentant des améliorations majeures, voire des possibilités de ruptures, sont à examiner encore de plus près. Elles proposent de nouveaux principes : de ville écologique en boucle fermée (structure centrale et structures associées en disposition circulaire), d'énergie solaire en vue de produire de l'eau à la fois dessalée et plus sûre (maladies provoquées par l'eau contaminée), de commande d'onduleur dans un système de pompe solaire (fourniture d'eau et d’électricité), de stockage de l'énergie et/ou de l'eau avec membrane étanche recouverte de terre ou de sable, de production d'eau atmosphérique commandée par un dispositif sans fil (générateur portable) ...

Parmi les innovations françaises les plus récentes, apparaissent un système mixte de production d'eau et d'électricité conçu par une entreprise de Nouvelle Aquitaine, un module préfabriqué pour un bâtiment imaginé par un cabinet d'architectes parisien et un dispositif de dépollution de milieux aquatiques mis au point par une SARL créée en 2018.

Les spécialistes nationaux doivent, autant que possible, être connus et répertoriés afin d'être mobilisés en priorité. Ils présentent en outre l'avantage de pouvoir être associés très tôt à la réflexion, dès l'émergence des projets. Dans le cas présent, les acteurs identifiés occupent différents "créneaux" dans les moyens solaires disponibles et correspondent à de "petites" structures dont la mobilisation est envisageable.

Lionel Fuster et Christelle Urvoy