MENU
K2

Urgences

Urgences - publication Cercle K2

Cercle K2 neither approves or disapproves of the opinions expressed in the articles. Their authors are exclusively responsible for their content.

Paul-Henri Antonmattei est Professeur à l’Université de Montpellier et Doyen honoraire

---

Urgence : ce qui est urgent. Urgent : pressant, ce dont on doit s’occuper sans attendre, ce qui doit être fait sans retard. Jamais ces mots n’ont eu autant d’importance dans nos vies. Face à l’épidémie de Covid 19, l’urgence se décline. C’est une urgence sanitaire pour soigner et sauver des vies au quotidien. Dans des conditions très compliquées, la mobilisation des « soignants », nos combattants du front, est exemplaire et impose un immense respect et une éternelle reconnaissance.

L’urgence est aussi économique et sociale. L’ampleur et la rapidité de la baisse voire de l’arrêt des activités sont inédites. Le soutien important de la puissance publique est indispensable aujourd’hui et demain. La mobilisation des acteurs l’est tout autant. Les initiatives sont là avec un dévouement humain remarquable pour maintenir les activités essentielles et éviter la mort de nombreuses entreprises et le cortège des licenciements.  

L’urgence juridique est évidente. A situation exceptionnelle, règles exceptionnelles. L’Ordonnance permet, dans de nombreux domaines, une intervention rapide pour temporairement adapter, écarter ou innover. La réglementation de l’urgence n’offrira pas toujours une sécurité. Il faut l’admettre et surtout ne pas chercher à chicaner.

C’est enfin une urgence citoyenne. Curieuse guerre quand la consigne est de rester chez soi alors qu’est forte la volonté d’aider en se rapprochant du front. Mais l’aide du citoyen vient en priorité du strict respect du confinement. « Rester chez soi » n’exclut pas la solidarité et les nombreuses démarches de soutien suscitent l’émotion. C’est la fraternité républicaine qui retrouve des couleurs : rassurant dans un pays confronté à l’archipélisation.

L’urgence s’arrêtera car la mobilisation humaine vaincra. Ce sera le temps d’après qui ne sera plus celui d’avant. Un temps ouvert à l’évaluation pour expliquer des pénuries, des retards, des hésitations, des contradictions, des controverses, des dysfonctionnements... C’est une exigence démocratique naturelle qui ne consiste pas à clouer au piloris mais à comprendre pour progresser et demain mieux prévenir pour mieux combattre. On pressent que le jour d’après sera aussi celui de profondes transformations économiques, sociales, sociétales, environnementales, politiques…A chacune et à chacun d’y prendre sa part dans une démarche de dialogue et de concorde.

Paul-Henri Antonmattei

Professeur à l’Université de Montpellier

Doyen honoraire