MENU
K2

Covid-19 : premier choc hors norme de l’ère mondialisée ?

Covid-19 : premier choc hors norme de l’ère mondialisée ? - publication Cercle K2

Cercle K2 neither approves or disapproves of the opinions expressed in the articles. Their authors are exclusively responsible for their content.

Guillaume SAVORNIN

Directeur général du Centre national de prévention et de protection (CNPP)

---

On ne s’habitue jamais à la crise. Elle arrive, brutale. Elle balaie et bouscule nos certitudes, nos process, nos organisations, les relations avec nos parties prenantes, clients, salariés, fournisseurs. Comme un tsunami ou une éruption, il y a parfois des répliques. Ce sentiment d’être rentré dans le tunnel de la crise sans jamais en apercevoir la fin, c’est ce que tous les acteurs publics et privés vivent en ce milieu du mois de mars 2020.  Et comme tous les événements historiques et mondiaux de cette ampleur, il y aura un avant et un après Covid-19.

Covid-19 restera dans les mémoires comme le premier choc hors norme de l’ère mondialisée, 2008 n’ayant été qu’une crise financière.

Même si on ne s’habitue jamais à la crise, la préparation est bien sûr essentielle. Ceux qui ont mis en place une organisation de gestion de crise et un plan de continuité d’activité s’en sortiront probablement mieux que les autres. Mais au-delà de la préparation, les facteurs clés de succès de sortie de crise sont l’anticipation, la confiance, l’humilité, la réactivité, la communication, le jeu collectif. Le fameux REX, retour d’expérience est aussi essentiel mais il vient après, surtout pas de polémique ni de règlements de compte dans la gestion de crise…

Les crises comme celles que nous vivons aujourd’hui sont aussi très révélatrices de la capacité des organisations à faire résilience.  Dans la crise, tout est amplifié et fait ressortir les points forts comme les points faibles, avec toujours des surprises ! c’est vrai à l’échelle de la famille, de l’entreprise, d’un pays ou du monde.

Un point sur lequel la crise ne fait pas de cadeau, c’est bien la communication. On le voit bien avec ce qui se déroule sous nos yeux depuis deux semaines. Revenons un moment sur l’intervention télévisée du Président de la République lundi 16 Mars : le terme que tout le monde attendait depuis 48h, c’est-à-dire le confinement n’a pas été prononcé mais la panique était déjà là, merci aux réseaux sociaux et aux « fake news ». C’est une déclaration le soir même du Ministre de l’Intérieur qui a ensuite clarifié les choses avec le fameux « restez chez vous » et le départ du confinement à 12h le mardi 17 mars, ce qui a eu pour effet de vider les entreprises dès cette heure-là. Les constats étant faits sur l’interruption d’activité, nous assistons maintenant à des clarifications dans la communication : Non, il ne faut pas interrompre l’activité ! L’organisation du travail ne se décrète pas en 24 heures, de nombreuses questions doivent être traitées, qu’elles soient de l’ordre des ressources humaines, du juridique, du financier, de la sécurité, de l’informatique etc… Les entreprises qui ne sont pas préparées en ont une amère expérience depuis quelques jours.  Une communication claire et bien préparée fait beaucoup dans la réussite de la gestion de crise.

Faisons du Covid-19 une vraie opportunité pour nos organisations qui auront été soumises à rude épreuve. Opportunités pour être plus résilient à l’avenir, car cela n’arrive pas qu’aux autres ! Humilité pour regarder ce qui se fait de mieux ailleurs. Opportunités encore pour repenser nos modèles d’organisation pour plus de prévention, de protection mais aussi plus d’agilité. Opportunités pour plus de solidarité, car la crise ne se gagne qu’en collectif. COVID 19 est une pandémie planétaire. Capitalisons sur cette épreuve pour résoudre demain collectivement le plus grand défi du 21ème siècle, à savoir le réchauffement climatique. Le pire serait de revenir à « comme avant ». La seconde guerre mondiale a donné naissance à l’Organisation des Nations Unies. Le COVID 19 doit donner naissance à une gouvernance mondiale de lutte contre le réchauffement climatique pour mettre enfin en application les accords de Paris.

Chateaubriand disait « les moments de crise produisent un redoublement de vie chez les hommes ». Gageons que les hommes entendent Chateaubriant.

Vernon, le jeudi 19 Mars 2020

Guillaume SAVORNIN, Directeur général du Centre national de prévention et de protection (CNPP)