MENU
K2

Paysage des Plans de Continuité d’Activité & Gestion de Crise au niveau des Entreprises Française

Paysage des Plans de Continuité d’Activité & Gestion de Crise au niveau des Entreprises Française - publication Cercle K2

Le Cercle K2 n'entend donner ni approbation ni improbation aux opinions émises dans les publications (écrites et vidéos) qui restent propres à leur auteur.

Eric MILTON intervient depuis 1996 dans le domaine de la Continuité des Activités et de  la Gestion de Crise.

---

Nous vivons dans un monde moderne ultra-connecté, où l’information circule plus vite que la pensée. Monde dans lequel les moyens de transports transcontinentaux et transfrontaliers ont explosé sur ces dernières années.

La libre circulation a favorisé les échanges commerciaux et humains.

Les frontiers physiques et virtuelles ont reculé, voire disparues dans certains cas.

Toutes ces évolutions facilitent nos échanges au quotidien, tout particulièrement professionnels. Il est vrai que cette mobilité professionnelle (connexion à distance, télétravail, …) transforme de plus en plus notre façon de travailler, ce qui normalement devrait réduire les déplacements et augmenter le temps de présence au domicile au profit de la qualité du travail dû à la baisse du stress (moins de déplacements en transports) et de la vie de famille. 

Les progrès médicaux, le ralentissement du vieillissement, la mortalité beaucoup plus tardive pour nos seniors, nous auraient-ils pas fait perdre de vue que nous, êtres humains, restons perfectibles et que notre modèle de société s’est fragilisé au lieu de devenir résilient et robuste.

Ne sommes-nous pas aujourd’hui face au « miroir aux alouettes » et confrontés à nos propres contradictions.

Les scientifiques, depuis des décennies, nous alertent régulièrement sur le dérèglement climatique, sur le réchauffement de la planète, sur les risques de pandémies élevés (Ebola, H1N1, COVID19).

Notre modèle social vole en éclat de jour en jour, ceci ayant un impact considérable sur la vie économique des entreprises et des ménages, tout particulièrement des petites et moyennes entreprises et au final sur les salariés.

Mais qu’en est-il vraiment de la prise de conscience de l’Etat, des entreprises et de nous-mêmes quant à la nécessité de mettre en place une vraie résilience nationale à tous les niveaux, pas seulement à celui de l’Etat qui est régulièrement pointé du doigt, alors que la tâche reste particulièrement compliquée à gérer pour lui (Cf à l’heure à laquelle j’écris, la gestion de la Crise : Coronavirus « Covid19 ») « y’a cas ! faut qu’on ! … » Phrases trop faciles lorsque l’on ne gère pas la réponse à une crise.

Il est temps de changer de paradigme, sans tomber dans la névrose, ni la dépression aiguë et la peur du lendemain.

Nous devons tous nous responsabiliser et arrêter de jeter l’opprobre et la responsabilité sur l’Etat, nos employeurs, nos voisins, … Nous sommes tous acteurs(trices) et responsables de notre avenir.

 

Constat est fait depuis de nombreuses années, qu’un nombre important d’entreprises n’ont pas réellement pris conscience de la nécessité de mettre en place des « Plans de Continuité d’Activité », des « Cellules de Crises », de s’entraîner afin d’être préparées à mieux vivre des événements majeurs et hors normes.

 

  • A savoir définir et appliquer « une Politique de Sécurité, Résilience et Robustesse »

Les motifs invoqués sont parfois que cela ne fait pas partie des projets de l’entreprise et/ou que les coûts humains et financiers restent élevés, que ce serait anxiogène pour les salariés, que les IRP si opposeraient, ...

Longtemps on nous accusé de pratiquer « la Politique de la Peur », alors que nous étions quelques-uns et unes à essayer de sensibiliser les entreprises et leurs collaborateurs sur l’importance et l’Urgence vitale de se doter d’une vraie Politique de gestion de la Continuité d’Activité et de Gestion de Crise.

  • Le débat reste encore entier entre « la Politique de la Peur Versus la Politique de l’Autruche ». 

La mise en place « d’une Politique de Sécurité, de Résilience et de Robustesse » passe par la professionnalisation de certaines fonctions (Responsable PCA, Coordinateur de Crise, Communicant de Crise, Anticipateur, …) car on ne devient pas gestionnaire de Crise du jour au lendemain. La gestion d’une Crise ne fonctionne pas comme pas un interrupteur en mode « on/off », que l’on ferait varier selon la situation.

  • Souvent les Gestionnaires de Crise sont à 99% des salariés employés à une fonction métier et à 1% sur une fonction PCA et/ou Gestion de Crise, ce qui laisse entrevoir l’abîme lors d’une Crise réelle.

    • Il est à noter qu’il n’est pas toujours facile pour de nombreuses entreprises de dédier des collaborateurs qu’à des fonctions PCA et Gestion de Crise pour des questions de coûts (salaires et charges salariales)

Plus le temps passe, plus la professionnalisation de certaines fonctions paraît inévitable et la dotation d’outils du type : Main courante, tableau de bord, envoi de messages d’alerte en masse, ... semble incontournable, tant sur des aspects aide que consignation et traçabilité des informations en tant que preuves légales, parfois à fournir à un juge post crise.

Il faut intégrer et accepter dès maintenant le fait que nos dirigeants politiques, nos élus, les chefs des entreprises du privé comme du public et également les salariés doivent être impérativement formés, préparés afin de pouvoir réagir face à la Crise.

La note positive à contrario, c’est que de nombreuses entreprises se sont dotées de PCA, de Cellule de Crise, dispositifs testés annuellement et ont désigné des collaborateurs au niveau PCA (dédiés à 100% à cette mission), ce qui est beaucoup plus rare au niveau des Cellules de Crise dû au fait que généralement on y retrouve des Membres du COMEX et CODIR, exception faite au niveau cellules de Crise Professionnelle ou semi-Professionnelle pour quelques grandes entreprises comme dans l’énergie, le transport, …

  • La motivation de certaines de ces grandes entreprises passent aussi par les réglementations ou demandent de l’état exigeant de leurs parts de se doter de dispositifs (PCA, GC) et de les tester.
  • Pour beaucoup, ce sont les Dirigeants qui ont pleinement conscience de l’importance de ce type de dispositifs et savent que la survie et la Résilience de leurs entreprises seraient partiellement ou totalement assurée par ces derniers.
  • Pour d’autres, la mise en place de dispositif c’est faire post sinistre.

 

En conclusion, le chemin à parcourir reste encore long pour beaucoup d’entreprises, mais il est certain que les mentalités et les choses ont commencé à bouger positivement depuis quelques années, car ces sujets maintenant sont souvent traités en CODIR/COMEX et non plus seulement laissés au niveau d’une Direction « ex : DSI », sans moyens financiers et décisionnels.

Je reste largement optimiste malgré mon constat alarmant sur le manque d’engagement de certaines entreprises sur ce sujet, car en 20 ans de pratique et d’accompagnement, je constate réellement que les choses évoluent, que les postions des Dirigeants et des collaborateurs changent et qu’il commence à y avoir une prise de conscience avérée.

La France, ses Entreprises et nous tous, avons cette particularité d’arriver à émerger face aux pires tempêtes, l’histoire nous l’a si souvent démontrée, mais !!!!  

 

Ces deux questions restent entières :

  • Combien de Crises nous faudra-t-il vivre pour que tout le monde se mette en ordre de marche ?

  • Combien de temps allons-nous résister si nous ne bougeons pas ?

 

« Diriger c’est prévoir »

 

Eric MILTON

 

---

Définition d’une crise sur gouvernement.fr : cliquez-ici

« Une crise est une rupture dans le fonctionnement normal d’une organisation ou de la société, résultant d’un événement brutal et soudain, qui porte une menace grave sur leur stabilité voire sur leur existence-même. En raison de son caractère brutal et soudain, l’élément déclencheur appelle une réaction urgente. »