MENU
K2

Notre smartphone : est-il un ami ou un allié ?

Notre smartphone : est-il un ami ou un allié ? - publication Cercle K2

Le Cercle K2 n'entend donner ni approbation ni improbation aux opinions émises dans les publications (écrites et vidéos) qui restent propres à leur auteur.

Marc Carre est Consultant indépendant en sécurité d'entreprise et intelligence économique et Professeur à l'École d'ingénieurs EPF.

---

Ami ou allié, en politique ou durant les guerres, on fait vite la différence car l’ami reste fidèle et loyal alors que l’allié s’adapte, comme la girouette qui tourne en fonction du vent. L’ami accepte de partager la peine alors que l’allié ne recherche que la victoire. Combien d’heures par jour coopérons-nous avec notre smartphone multifonctions ? Sommes-nous en symbiose avec lui ?

 

Peut-on vivre sans notre smartphone ?

Apparu il y a une vingtaine d’années, le smartphone, riche successeur du téléphone mobile des années 80, s’est imposé rapidement dans notre vie. Deviendrait-il trop invasif ? Au lever, chaque jour, que regarde-t-on en premier ? Qui n’a pas fait demi-tour pour venir rechercher le smartphone oublié à son domicile ? Peut-on rester une journée, voire simplement une heure, sans cet équipement de première nécessité ? Quelle panique vivons-nous quand la batterie est vide et que l’on ne peut pas le recharger ?

Nous sommes tous catastrophés quand notre smartphone est introuvable car, jouant à cache-cache, il s’est glissé sous le siège de la voiture, dans le fond d’un sac en se logeant dans un endroit accessible uniquement pour un objet de faible épaisseur. Perdre ou se faire voler cet outil de communication personnel nous désespère car tout un pan de notre personnalité a disparu ; le smartphone et l’humain sont devenus indissociables.

Au restaurant, durant les réunions de famille ou en entreprise, les smartphones sont présents car personne ne veut couper le cordon ombilical avec les sources d’informations. Dans les moyens de transport, toutes et tous ont les yeux rivés sur l’écran du super dernier cri et on ne voit que des oreilles collées contre ce petit équipement de vie. Durant les trajets en voiture, ces petites boites ornent nos tableaux de bord et, trop souvent, notre regard est attiré par l’écran.

Qui n’a pas un ou deux smartphones aujourd’hui ?

 

Alors ce smartphone nous aide-t-il ou réduit-il nos degrés de libertés ?

Ne serions-nous pas tombés dans un espace virtuel de liberté comparable au cyberspace. Les frontières géographiques et temporelles ont disparu et, comme le monde nous appartient, nous ambitionnons de nous y promener 24h/24. L’information est enfin accessible partout et à toute heure. Notre smarphone serait-il devenu un "super couteau suisse" ou une "boîte à outils" grâce auquel on trouve tout,  tout,... Mentionnons quelques exemples de notre vie au quotidien au travers desquels on se reconnaitra comme dans un miroir non déformant.

Quand on ne connait pas notre itinéraire, Waze nous indique la route à suivre, y compris les radars fixes et les contrôles de police, mais aussi en nous montrant des panneaux publicitaires ; trouver sa route devient plus simple mais saurons-nous lire encore une carte routière ? L’actualité étant parfois captivante ; on scrute avec attention la diffusion de news sur Google ou sur un site de presse et on est parfois surpris d’y retrouver, très souvent et involontairement, nos centres d’intérêt.

Quand un mot étranger nous tracasse, alors le traducteur automatique apportera sa réponse mais il ne faudra pas oublier de préciser le contexte car les faux amis sont fréquents. Retenir tous les numéros de téléphone est impossible, alors la liste de nos contacts constitue une aide précieuse mais le corollaire est l’effacement dans nos mémoires des numéros de nos proches. Pour se remémorer de bons moments avec des amis, on consulte la galerie des photos et vidéos mais le numérique nous conduit à prendre trop de photos et on risque de se perdre dans ce dédale de souvenirs car on ne veut rien mettre à la poubelle, au cas où.

Pour tuer l’ennui durant les transports ou en réunion, on peut jouer car notre smartphone regorge de plateformes de jeux, adaptés à toutes les catégories de la population ; mais l’attention est concentrée sur ce jeu avec le risque de nous faire oublier l’environnement réel à cet instant précis. Les cinéphiles et les fans de football achètent des smartphones avec grand écran pour passer des moments agréables en oubliant que la batterie se vide plus rapidement.

De nombreuses autres utilisations pourraient être citées comme les réseaux sociaux, le commerce en ligne, les applications médicales, les entraînements sportifs, les accès à des sites utiles ("La Fourchette", "Booking", sites touristiques, etc.) et les développeurs nous abreuvent régulièrement de nouvelles applications, parfois utiles, parfois inutiles, mais qui resteront souvent inutilisées. Qui connaît toutes les possibilités de son smartphone ?

 

Alors que penser de notre smartphone ?

Effectivement, il nous aide très souvent mais il nous fragilise aussi. Savons-nous que les smartphones émettent des ondes, en dégageant de la puissance et de l’énergie, qui nous chauffent les oreilles et peuvent occasionner des dégâts au cerveau. Dans le métro, la puissance est au max car la liaison est de mauvaise qualité, donc on parle plus fort et cela ne fait que déranger les voisins et chauffer notre oreille. La nuit, notre équipement préféré va perturber notre sommeil par ses ondes, ses bips et aussi les signaux lumineux, alors laissons-le en dehors de ces lieux de repos. Ces radiations peuvent avoir des conséquences dramatiques sur notre santé en cas d’utilisations trop fréquentes.

Ce "fil à la patte", que nous avons, nous asservit aux bons vouloirs de cet équipement intégrant de possibilités techniques inimaginables. Ne pas vouloir rater une info ou ne pas réagir à la vitesse de la lumière à un message nous stressent et c’est de la nomophobie ("no mobile phone phobie"). Pianoter toute la journée provoque la textonite , ou "maladie du texto" (inflammation des doigts, des mains, tendinites).

Notre mémoire et notre capacité de raisonnement ne sont-elles pas victimes de cette mémoire artificielle et de cette puissance de traitement dont on devient dépendant, voire addict ? Qui connaît encore son numéro de téléphone et ceux de ses très proches ? La calculatrice intégrée nous permet d’aller plus vite mais nous devenons nuls en calcul mental.

Fixer le regard sur cet écran fatigue les yeux et provoque des migraines ou une irritation via ce "grain de sable" qui nous gêne dans les yeux. Pour atténuer cette fatigue oculaire, il est simple de tourner le regard quelques minutes.

Avons-nous pensé que l’utilisation prolongée de ce smartphone peut conduire à des douleurs cervicales, dorsales car on ne prend pas le temps de s’installer dans des positions confortables.

Je ne peux occulter le nombre d’accidents de la circulation, en voiture, en 2 roues à moteur, en vélo dont l’origine est une utilisation inappropriée et interdite de ce compagnon du premier cercle. L’appel entrant ou le SMS à envoyer distraient le conducteur en détournant son regard et captant son attention. Suite aux nombreux accidents, les sanctions sont plus élevées mais qui résiste encore à cette tentation de répondre rapidement, lors d’une phase de négociation de contrat ou d’évènement familial imprévu. Je citerai aussi les piétons qui marchent sans regarder ce qui se passe devant eux et, parfois, une désagréable surprise peut survenir !

Ce petit ordinateur multifonctions contient toutes les informations de nos vies privée et professionnelle, à savoir photos, codes d’accès, données personnelles, etc. Est-ce raisonnable de lui faire une totale confiance ?

Cet indispensable équipement apprend à nous connaître au travers du prime de l’utilisation que l’on en fait, à donner notre localisation à des serveurs extérieurs, à laisser fuiter des informations importantes ; alors notre liberté ne serait-elle pas amputée ?

 

Ami ou allié ? 

Notre smartphone nous veut du bien car sa présence à nos côtés nous rassure et la solitude n’existe plus ; où que je sois, je peux tout faire, tout voir, tout savoir, tout dire. Il nous permet de résoudre de nombreuses situations délicates, souvent dans l’urgence.

Mais n’est-il pas trop curieux, trop bavard en communiquant des informations sur mon comportement, mes goûts, mes désirs, mes manies, mes localisations ! Ne présente-t-il des faiblesses techniques pouvant provoquer des situations déstabilisantes. Il ne le fait pas spontanément mais l’intelligence et l’instinct rassurants de nos équipements de compagnie se révèlent au travers d’applications attractives, développées à des fins mercantiles par des sociétés très intéressées par ce nouveau vecteur de marketing.

Ne serions-nous devenus que des cibles commerciales assaillies par des messages de publicité, essayant de nous berner, pour capter notre connexion ? La technologie veut elle renforcer l’intelligence humaine ou se substituer à l’esprit humain ?

Ce bel équipement est à la fois un ami et un allié… Un "ami" qui nous veut réellement du bien et un "allié" tentant de profiter de nous pour gagner, avec une touche d’opportunisme.

Pour maîtriser notre smartphone, et comme on le constate en politique, dans le business, dans les guerres et dans nos cercles de connaissance, nous devons faire preuve de discernement, de patience, de sagesse et, surtout, ne pas nous laisser aveugler par les gains illusoires ou berner par des chimères.

Marc Carre

Publié le 15 février 2021