MENU
K2

11 Mai : Après le KO, comment remonter sur le ring ? avec quel entraîneur ?

11 Mai : Après le KO, comment remonter sur le ring ? avec quel entraîneur ? - publication Cercle K2

Le Cercle K2 n'entend donner ni approbation ni improbation aux opinions émises dans les publications (écrites et vidéos) qui restent propres à leur auteur.

Dominique Bellos est ex-DRH, communication et HSE de Hutchinson et aujourd'hui CEO & Founder de Dominique Bellos Consulting SAS.

---

Bon nombre d’entreprises, quelle que soit leur taille, sont sous le choc de cet arrêt brutal auquel les a contraintes le COVID-19. Pour la plupart d’entre elles, se relever sera un véritable défi, comparable à celui du boxeur mis KO par son adversaire. Les plus fragiles ne s’en remettront pas et il faudra beaucoup de temps à leurs équipes pour se reconstruire avant de trouver une nouvelle raison d’entreprendre ou d’envisager un nouveau projet professionnel. Celles qui se relèveront, devront dans un premier temps reprendre l’entraînement, voire réapprendre à boxer. Or leurs équipes auront du mal à retourner sur le ring, certaines en auront même la « phobie ». Comment alors lever les peurs, comment redonner confiance, comment permettre de retrouver le goût des challenges et du combat ? Ces 3 questions figureront très certainement au hit parade des questions auxquelles seront confrontés de nombreux dirigeants d’entreprise dans cette phase d’après-KO.

Je ne connais pas – si tant est qu’elle existe- de « recette miracle » prête à l’emploi qu’il suffirait de suivre à la lettre pour faire rapidement remonter les équipes sur le ring, en pleine possession de leurs moyens afin qu’elles soient capables de reconquérir au nom de leur entreprise leur ancien titre de champion.

C’est donc à chaque entreprise qu’il appartiendra d’écrire une nouvelle page de son histoire, dans le respect de son ADN. Car chaque entreprise est unique, tout comme son dirigeant et ses équipes. Chacun, chacune a son propre modus vivendi pour retrouver l’énergie d’un nouveau départ, d’un nouveau combat. Et comme tout bon entraîneur, le chef d’entreprise sait que personnaliser le programme d’entraînement de chacun de ses collaborateurs implique de bien les connaître. Pour lever leurs peurs face à l’inconnu et l’inédit, il devra donc faire preuve d’un niveau d’empathie et d’écoute tout à fait exceptionnel. Il lui faudra par ailleurs être tout à la fois sincère et rassurant dans sa communication, humble face aux incertitudes du lendemain.

Mais décider de remonter sur le ring ne relève pas simplement d’une question d’entraînement, aussi adapté soit-il à chacun. Cela suppose aussi : retrouver l’envie du combat et le plaisir de vivre ensemble une nouvelle aventure humaine. Alors dans le contexte actuel aussi inédit qu’imprévisible, pourquoi ne pas saisir l’opportunité de relancer l’entreprise avec l’audace d’un « outsider » et l’esprit pionnier d’une start-up ?

Un tel challenge sera accessible au chef d’entreprise ou au dirigeant dont le goût de l’aventure n’aura pas été ébranlé par le COVID-19 et qui aura le courage de remonter le premier sur le ring. Il aura tout d’abord à coeur de garantir la sécurité de toute son équipe. C’est avec elle qu’il bâtira la feuille de route de la nouvelle « start-up » en vue du prochain « combat ». Il lui appartiendra alors d’en fixer le cap mais il prendra soin de laisser à son équipe le plaisir d’en valider la raison d’être avant qu’elle ne s’en approprie la vision stratégique. Pour que tous ses collaborateurs retrouvent progressivement confiance en eux et le goût du combat, il veillera à répartir les rôles de chacun au plus près de leurs talents et compétences en les dotant de toute l’autonomie nécessaire à l’accomplissement de leurs missions. Quand sonnera l’heure du combat, ils seront tous sur le ring avec la rage de vaincre, leur entraîneur à leurs côtés. Ainsi en plaçant l’Humain aux commandes du nouveau projet de l’entreprise, il donnera à celle-ci toutes les chances de remporter son prochain combat, et à son équipe, pourquoi pas, de fêter sa première victoire.

Dominique Bellos